Comment gagner de l’argent avec Facebook ? Olivier Lambert, l’interview

Salut à tous, c’est Franck de Smartvideo ! Dans cet article, je vais t’expliquer comment gagner de l’argent avec Facebook. Pour ce faire, j’ai eu la chance d’interviewer un spécialiste du réseau social. C’est un collègue francophone qui va partager avec nous ses astuces pour gagner de l’argent avec Facebook. 

Franck : Salut Olivier, je te laisse te présenter, dis nous qui es tu ?

Olivier : salut, moi c’est Olivier Lambert, je viens du Québec. J’ai une entreprise web, je fais des formations en ligne et je gère également un blog depuis 4 ans. Pendant 3 ans, je publiais toutes les semaines sur mon blog afin de me parfaire pour me lancer réellement dans la formation en ligne. Plus que de gagner de l’argent avec Facebook, j’ai développé des méthodes pour gagner de l’argent sur le web. Dès que j’ai débuté les cours en ligne, ça a été aussitôt une réussite. En fait ça a été un succès immédiat qui a demandé 3 ans de préparation. J’ai quitté mon emploi et j’ai pas mal voyagé en Malaisie pendant que je travaillais sur mes formations. Je possède déjà 3 formations complètes: « le marketing avec Facebook », « le marketing par courriel » et « le référencement et le marketing de contenu ».

Actuellement je viens de lancer une toute nouvelle entreprise : La tranchée. C’est une plateforme communautaire dédiée aux marketeurs et aux web-entrepreneurs, basé sur le conseil et l’entraide. J’ai lancé ce projet en me rendant compte que la plupart des gens qui commencent ne savent pas trop où aller ni comment procéder. Avec La tranchée, ils peuvent poser leurs questions à ceux qui sont passés par là pour obtenir des conseils. Après 3 semaines de lancement, la communauté compte plus de 800 membres actifs, je suis très content. J’ai un employé a temps plein qui vient de rejoindre le projet, donc c’est une petite entreprise qui commence plutôt bien !

Franck : alors Olivier racontes nous comment tu es arrivé dans la sphère du web-entrepreneuriat. Regardes moi, j’étais livreur de surgelés avant de démarrer Smartvideo (rires). Et toi, qu’est ce que tu as fais avant ?

Olivier : avant de travailler sur Internet j’ai fait pas mal de petits boulots. J’ai commencé à travailler chez Mc Donald’s assez jeune, j’ai bossé pour une société de taxis, dans des associations pour des jeunes et aussi dans d’autres restaurants. J’ai également été technicien en informatique pendant un certain temps… Bref j’ai enchainé les petits jobs. Mais à 16 ans déjà j’avais lancé une petite boutique sur eBay où je vendais de la mémoire vive. C’est à ce moment que j’ai réalisé que je rêvais de pouvoir vivre de mon activité sur Internet. Gagner de l’argent avec Facebook, Youtube, eBay et les formations en ligne. Depuis, l’ambition d’être indépendant dans mon travail ne m’a jamais quitté. Je voulais pouvoir me lever à l’heure que je veux et ne rendre de compte à personne d’autre que moi même.

Après avoir lancé ma boutique eBay j’ai étudié la communication sociale à l’université. Pendant mes études, j’ai crée une boîte de web car je développais des sites web, je réalisais des campagnes en web-marketing et du conseil en branding et gestion des médias sociaux. C’était tout nouveau, aucune boîte n’était encore spécialisée sur cette branche. Le marché était à prendre, j’ai donc décidé de me lancer dans cette branche du Social Media. Beaucoup de gens voulaient savoir comment gagner de l’argent avec Facebook à l’époque. Au cours de ces projets, je réalisais chaque semaine des études de cas sur chaque client que j’avais pour identifier les points forts et les points de progrès. Au bout de 2 ans d’activité, j’ai reçu le prix du Meilleur Blog Marketing au Canada. 

Après mon baccalauréat, j’ai bossé pour une des plus grosse agence de voyage au Québec. Un CA de 100 millions $ annuel, plus de 100 000 voyageurs par années et des budgets en communication monstrueux. Je n’avais jamais touché à autant d’argent à l’époque. J’étais en charge des campagnes Adwords, Facebook et Mailing. C’était quand même un gros business auquel je contribuais…

Franck : explique nous comment tu en es arrivé là, c’est grâce à ton blog en fait ?

Olivier : oui tout à fait, en fait mon blog a plu aux recruteurs. En voyant que j’étais capable d’expliquer mes choix stratégiques et de détailler toutes les méthodes et les conseils que je donnais sur le web, ils ont été séduits. C’était une preuve concrète de savoir faire en fait, mieux que n’importe quel CV. Le fait d’avoir un blog qui fonctionne assez bien facilite beaucoup la recherche d’emploi sur le web. J’ai eu pas mal de chance dans mon cas, car c’est le vice président de la boîte qui est tombé sur mon blog. Le soir même il m’invitait à boire un café. Le lendemain j’entrais dans la boîte.

Mon expérience dans cette boîte m’a énormément appris, le gérant était un homme d’affaire très efficace. Ce qui était assez marrant, c’est que l’entreprise était plutôt Politically Correct (conventionnel) dans sa communication. Certains employés n’étaient pas habitués à mes campagnes qui utilisaient l’humour et le décalage, ils ne comprenaient pas. Pourtant l’entreprise proposait des vols au rabais, ce n’était pas une marque de luxe (rires). L’essentiel est que les résultats étaient là.

Franck : Peux-tu nous raconter l’histoire du mail dont tu m’avais parlé (rires) ?

Olivier: (rires) oui bien sûr je me rappelle, c’était l’idée d’un collègue à moi. On avait une base de données de 500 000 mails à qui on a envoyé une infolettre (newsletter) dans laquelle le nom de l’émetteur était celui du destinataire. En fait, la personne recevait un mail d’elle même. Forcément les taux d’ouverture ont explosé (rires). Bon certaines personnes ont trouvé ça à la limite du légal, mais c’était une expérience assez intéressante et marrante.

Franck : j’ai halluciné quand tu m’as raconté ça ! C’était le hack de l’année (rires). Dommage que tu ne te souviennes plus du taux d’ouverture exact, mais c’était une super idée en tout cas, je comprends que ça ait bien marché. Est ce que tu peux donner 3 qualités ou critères essentiels pour réussir son business sur Internet ?

Olivier : okay ! Premièrement quand les gens lancent leur blog sur internet, la plupart du temps, ils se basent sur leur expérience personnelle comme point de départ. On peut le voir dans les articles « moi je fais ci… moi je fais ça… Moi, moi, moi ». Je trouve ça en fait très égoïste et narcissique de tout centrer sur ses intérêts. Tout le monde passe par cette phase là, moi aussi j’y suis passé. L’important est d’en sortir le plus rapidement possible.

Premier critère de réussite: l’étude de marché

La solution est de se concentrer plutôt sur l’individu et sur la résolution d’un problème. « Quelqu’un a un bobo quelque part, moi j’ai la solution pour ce bobo là ». La question est donc: comment je crée cette solution et par quels moyens je la délivre de manière la plus optimale ? Ca peut passer par un blog, un podcast, une chaine Youtube, Facebook etc. Peu importe le moyen de communication, l’important est d’apporter de la valeur ajoutée et de mettre en avant l’intérêt des autres avant le sien. Facile à dire, mais comment procéder ?

Pour ma part, la création de sondage est primordiale. Pour gagner de l’argent avec Facebook ou n’importe quel autre support, il faut sonder le marché. Il faut savoir ce que les gens attendent, ce qui les intéresse, quelles sont leur ambitions et aussi leurs problèmes. Tu peux définir le thème de ton blog grâce à ça. Admettons que tu crées un blog sur l’alimentation saine, maintenant il existe 100 000 façon d’aborder et de traiter le sujet. Ces différents traitements  vont toucher différentes cibles ou apporter des solutions alimentaire différentes. Il faut donc définir l’objectif du blog après avoir analysé le marché et les comportements. Partir d’un constat et d’une problématique réelle pour y amener des solutions. C’est donc le premier critère de réussite pour gagner de l’argent avec Facebook et avec Internet.

Deuxième critère de réussite: l’investissement

Je pense que le deuxième point avec lequel il faut être confortable, c’est la notion d’investir son argent. La plupart des gens placent de l’argent dans des livrets A, des fonds de placements pour retraites etc. A la place de le placer, il ne faut pas avoir peur d’investir cet argent dans sa boîte. Il y a un risque de perdre cet argent évidemment. Mais je pense qu’il est plus sûr d’investir cet argent dans ton image de marque personnelle, plutôt que dans une maison ou un fond de pension.

Franck : qu’est ce que tu appelles ton image de marque personnelle ?

Olivier : d’abord je termine rapidement sur l’investissement car c’est lié. Prenons l’exemple de mon blog où j’ai investi a peu près 10 heures de mon temps par semaine pendant 3 ans avant que ça me rapporte concrètement quelque chose. Tout ce temps à contribuer à mon image de marque. Si je compare maintenant le retour sur investissement de ces 10 heures dédiée à mon blog, par rapport à 10 heures passées dans un petit job: la différence est énorme.

Au delà du profit généré et de la possibilité de lancer mon business. Cela m’a attiré des recruteurs et un emploi plus intéressant à la clé. En bref, les dividendes générés par un business seront toujours plus intéressants que n’importe quelle épargne. Et en terme d’image j’ai pu me faire connaitre dans le monde professionnel. C’est pourquoi il ne faut pas avoir peur d’investir intelligemment dans son business, financièrement ou avec du temps.

Maintenant pour revenir à l’image de marque, on en a déjà parlé avec Franck, j’ai une perspective assez particulière là dessus. Je trouve en fait que la plupart des youtubeurs et bloggeurs développent justement leur business sur leur brand (image de marque). On a donc des youtubeurs qui ne font qu' »être eux » et qui sont payés pour ça. Certains ont du succès et c’est ce qui incitent ceux qui débutent à vouloir faire pareil. Seulement c’est extrêmement difficile d’être populaire quand on a aucune substance. C’est possible oui, surtout quand vous êtes une belle fille (rires).

Franck : (rires) bon ça n’a rien à voir, on dévie mais l’anecdote est intéressante. Une amie à moi, plutôt jolie, me disait qu’elle voulait se lancer sur internet en faisant des vidéos. Je lui expliquais que, statistiquement elle aurait certainement plus de clics que moi à ses débuts. Même si à terme elle ne pourrait pas développer un business concret sans stratégie. Je trouvais l’anecdote sympa.

Olivier : mais en plus c’est qu’elles peuvent monétiser leur chaînes juste grâce à leur visibilité. Je sais pas si tu as vu ces Youtubeuses en Chine, elles ont des millions d’abonnés. Et tu sais ce qu’elles font ?

Franck : elles mangent de la soupe ?

Olivier : oui, ça existe ! Comment gagner de l’argent avec Facebook ou Youtube ? C’est facile, mangez de la soupe (rires). Et il existe aussi des comptes instagram, où la même fille poste chaque jour une photo de son cul et qui compte plusieurs millions d’abonnés. Ces personnes ne connaissent rien de cette fille à part ses fesses, ce sont juste des fesses. Et puis cette fille endosse donc des produits grâce à l’affiliation pour gagner de l’argent avec Facebook, Youtube ou Instagram.

Franck : ça montre à quel point l’image et la vidéo sont fortes dans notre société. Les gens voient n’importent quoi et cliquent.

Olivier : c’est un peu ça en fait. Quand tu réalises qu’on est 3 milliards de personnes sur Internet. Tu te dis que forcément il y a un pourcentage même de 0,000001% de gens qui réussiront à développer un business « niaiseux » (rires). Tu peux gagner de l’argent avec Facebook, Youtube et Instagram sans contenu. Mais ce n’est pas pour autant une recette de succès, ok ? Ca ne fonctionnera pas pour tout le monde, ni tout le temps.

Troisième critère de réussite: être patient

Il n’y a pas secrets. Souvent, les gens qui réussissent sont ceux qui travaillent durs et qui sont là depuis le début. Tout le monde veut gagner de l’argent avec Facebook et tous les autres réseaux sociaux, mais ils ne réalisent pas que c’est un travail. Je connais des youtubeurs qui ont plusieurs centaines de milliers d’abonnés aujourd’hui. Sauf que cela fait 4 ou 5   ans qu’ils postent toutes les semaines dessus. Même principe pour mon blog, aujourd’hui je suis capable de vivre de mon blog wouhou ! Mais ça fait longtemps que je poste toutes les semaines. C’est donc une question de temps, de travail et aussi le fait d’être arrivé au début du mouvement. Cela représente beaucoup de travail et de patience.

Je pense d’ailleurs que c’est mon 3 ème conseil: être patient. C’est normal que ça prenne du temps, c’est normal que tu ne puisses pas avoir de Ferrari tout de suite. Moi je n’ai pas de Ferrari encore… Mais je ne pense pas que j’en aurai une (rires).

Franck : (rires) en tout cas il y a 2 points sur lesquels je te rejoins. D’abord sur le branding, je pense qu’il faut vraiment soigner et marquer son identité visuelle. D’ailleurs quand j’ai commencé à te suivre c’était pour ton contenu, mais au fur et à mesure j’ai remarqué que tu travaillais pas mal ton style à l’écran.

 

Et au delà du jugement du style, je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il faut se démarquer visuellement. Au premier regard l’internaute doit t’identifier. Mais comme tu dis, ça ne suffit pas car si derrière le contenu est inintéressant, c’est inutile. Et la patience est aussi essentielle. A force de patience et de travail, les résultats seront là.

Olivier :  en fait c’est le délai d’apprentissage qui demande du temps. Quand tu lances ton business sur internet, il y a tellement de domaines que tu ne connais pas encore et dont tu dois tout apprendre. Référencement, réseaux sociaux, mailing, webmarketing etc. Tellement de choses à la fois que le délai d’apprentissage prend du temps. A chaque publication, chaque vidéo, chaque article tu apprends de nouvelles choses. Je pense donc que si je devais recommencer tout de suite ça ne me prendrait pas 4 années pour réussir. Le fait que je connaisse déjà le secteur et ses mécanismes m’aiderait beaucoup. J’aurai juste à créer mon produit, développer un entonnoir de vente et faire un peu de marketing pour arriver à un projet similaire au mien en un temps beaucoup plus court.

Seulement pour être capable d’acquérir cette confiance dans la stratégie à appliquer, il faut passer par l’apprentissage dans la durée. Comme en vidéo, c’est très dur de réaliser des vidéos professionnelles. Même si les smartphones ont une bonne qualité d’image, il faut penser à la lumière, le cadrage, le son, l’encodage… L’encodage, il y a tellement de paramètres ! La première fois que j’ai ouvert Adobe Première pour réaliser mon montage je suis tombé de ma chaise (rires). Allez voir sur ma chaîne Youtube mes premières vidéos, vous comprendrez.

Ce sont des vidéos qui sont mauvaises, mais je les ai laissé. Il ne faut pas non plus être trop perfectionniste. L’important est de s’accommoder avec le processus: je crée du contenu et je le diffuse. Cette vidéo n’est pas la somme de tous ce que je connais, ce n’est qu’un extrait sur un sujet précis. Cela sert d’archive, de temps en temps je retourne voir mes vieux articles pour constater mon évolution et mon apprentissage.

Franck : oui je pense que c’est important aussi. Moi à chaque nouveau contenu mon objectif est de faire mieux que le précédent, c’est mon moteur de motivation. Sinon puisque tu parlais de vidéos, justement comment utilises-tu  l’outil dans ton business ?

Olivier : tout d’abord je précise que je n’ai jamais investi dans des campagnes sur Youtube. Ma chaîne est peu développée, quand j’ai posté mes vidéos je devais avoir 400 abonnés. Mais j’ai voulu tester plusieurs thèmes de vidéos. Le premier « les 4 façons de gagner de l’argent sur Internet » qui a généré aujourd’hui quelques 60 000 vues. Niveau référencement, à long terme c’est un outil intéressant.

Le deuxième, « comment avoir plus de vues sur Youtube » concernait le référencement et la recherche de mots clés pour Youtube. Je donnais pas mal d’astuces sur les annotations, les titres, les transcriptions pour améliorer le référencement. Pleins de compétences avec lesquelles je suis familier et dont peu de gens connaissent réellement l’utilité. Le marché du référencement est une industrie énorme dont vous n’imaginez pas les recettes. Mais ces gens là ne sont pas des magiciens, c’est un domaine très technique certes, mais cela permet d’être performant sur un marché compétitif.

Je crée également des formations et aussi des vidéos de vente. Je pense que la vidéo est un excellent média pour vendre quelque chose. Elle permet de transmettre une émotion et de montrer concrètement les intérêts du produit et ce qu’il vous a apporté. Voilà pour les types de vidéos que j’utilise.

Franck : ok merci Olivier pour tous ces conseils. J’espère que cette interview t’auras aider à comprendre comment gagner de l’argent avec Facebook et plus largement sur le web. Pour plus d’astuces pour gagner de l’argent avec Facebook et sur le web, rejoignez La tranchée. 1 dollar pendant un mois, puis 12$ ensuite c’est ça Olivier ? 

Olivier: non en fait, tu paies 1$ à l’inscription et tu as le droit à 6 mois offerts pour tester la communauté. Au l’approche des 6 mois, tu peux décider de continuer l’aventure ou de te désabonner.

Franck: et ça vaut franchement le coup. Allez faire un tour sur son blog et sur sa chaîne youtube, même s’il poste peu, les contenus sont de qualités. Merci encore Olivier de nous avoir accorder ton temps depuis le Canada. C’est tout pour aujourd’hui, j’espère que tu comprends mieux maintenant comment gagner de l’argent avec Facebook, un blog ou Youtube. Partages ton expérience en commentaires. Tu peux également retrouver en vidéo l’interview « gagner de l’argent avec Facebook ». Profites en pour t’abonner à ma chaîne Youtube ! C’était Franck de Smartvideo, à très vite !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *