Liberté financière : Nathalie Cariou l’interview

Aujourd’hui, nous allons voir comment devenir libre financièrement, j’ai eu la chance d’interviewer l’experte en  la matière, Nathalie CARIOU, voici la vidéo, que vous pouvez  retrouver sur ma chaîne Youtube.

devenir libre financièrement

Devenir libre financièrement avec Nathalie

Flouse, tune, oseille, monnaie, fric...

Voilà un sujet intéressant que j’ai souhaité aborder avec vous, en compagnie de Nathalie. Oui, oui Nathalie CARIOU, pour ceux qui ne la connaissent pas encore, elle est coach en intelligence financière et en liberté financière.

OK mais cela veut dire quoi ? Nathalie accompagne les gens désirant être aidés pour mieux gérer leurs finances, pour leur apprendre apprivoiser l’argent, et à fréquenter l’argent, avoir de meilleures fréquentations. Bien évidemment, pour fréquenter l’argent, il faut déjà commencer par en avoir.

Elle les aide aussi à gagner de l’argent avec leur activité, à devenir libre financièrement par exemple quand ils sont entrepreneurs et qu’ils font quelque chose qui les passionne, pourquoi ne pas mêler « travail passion » avec argent ? Il y a aussi ceux qui souhaitent moins travailler, ceux qui aimeraient bien changer de boulotdes retraités ou futurs retraités qui veulent gagner un peu plus d’argent. Là c’est de l’investissement dont il s’agit. Comment investir ? Comment arriver à devenir libre financièrement en investissant ? Bref, telle est la mission de Nathalie !

L'argent c'est TABOU ?

Quelles sont les raisons de ces fausses croyances en France ?

devenir libre financièrement

D’après Nathalie, l’argent est effectivement un sujet compliqué pour plein de raisons. Plusieurs personnes disent qu’il y a des raisons religieuses. De culture judéo-chrétienne, en France, nous sommes un peu moins familiers avec l’argent que dans la culture protestante, par exemple. C’est un fait.

Mais Nathalie pense aussi que le fait de ne pas parler d’argent est une facilité pour certains…

Pour elle,  cela vient de notre société féodale et de la société moyenâgeuse. Au Moyen-Age, des castes existaient : d’un côté ceux qui avaient de l’argent et de l’autre, ceux qui n’en avaient pas, il y avait les seigneurs, l’église et les paysans.

Et bien aujourd’hui, c’est un peu la même chose, donc oui,  il n’y a plus de seigneurs. Il y a juste des personnes qui ont de l’argent, les riches d’un côté, c’est à dire ceux qui ont réussi à devenir libre financièrement et puis il y a ceux qui sont priés de se débrouiller et qui sont loin de devenir libre financièrement.

Cela vient donc plus de notre Histoire que de notre culture.

Il y a parmi les raisons qui empêchent de devenir libre financièrement, nos pensées, c’est ce que l’on appelle une surface de projection. C’est-à-dire c’est très pratique de projeter des choses sur les riches. On va dire que les riches sont des salauds, des égoïstes. Ne l’avez-vous déjà pas entendu ou même dit vous-même ?

Non, non. Ceux qui ont réussi à devenir libre financièrement ne sont ni des salauds ni des égoïstes, du moins, pas plus que la moyenne. Mais c’est toujours plus facile de penser ainsi puis l’argent répond assez peu quand on l’insulte. On peut tout lui mettre sur le dos. 

Nathalie Cariou avait dit un jour, une phrase très pertinente à mon sens : « Est-ce qu’on a plus de mérite ou de chance d’être quelqu’un de sympa parce qu’on est pauvre ou parce qu’on est riche ? »

Là, c’est une autre notion à aborder : la justice. Depuis tout petit, on a envie de justice, puis arrivé à l’âge adulte, pareil… la justice pour un grand nombre de personnes signifie que que les pauvres sont méritants vu que déjà ils sont pauvres. Ils n’ont pas de chance ou en tout cas, ils n’ont pas d’argent et ce n’est pas facile pour eux.

devenir libre financièrement

Par contre, ceux qui sont riches et qui sont arrivés à devenir libre financièrement, eux, ont simplement de la chance d’avoir de l’argent, Ils n’ont absolument pas besoin d’être méritants.

Mais est-ce bien la réalité ? Et puis… n’y aurait-il pas de salauds chez les pauvres ?

Une autre chose étonnante, c’est comment définir quelqu’un de riche, qui a réussi à devenir libre financièrement, à quelqu’un de pauvre ? On est toujours le riche de quelqu’un d’autre !

Prenons l’exemple d’une personne qui dit : « moi, je gagne 1 500 € » elle va donc dire d’une personne qui gagne 10 000 € qu’elle est riche ; 10 000 € par rapport à 1 500 €, ok. Mais la personne qui gagne 1 500 € par rapport à une personne qui gagne 500 €, elle est riche aussi !

Être riche ne veut strictement rien dire. On pourrait dire qu’être pauvre ne veut rien dire non plus. Effectivement, certaines personnes ont des fins de mois difficiles. C’est une réalité. D’autres personnes ont des fins de mois moins difficiles, elles ont plus de facilité à se payer ce qu’elles veulent. Nathalie Cariou parle de « moins de richesse ».

D’abord parce que la richesse ramène à avoir toujours plus d’argent, grosso modo, avoir beaucoup plus d’argent ne sert pas à grand-chose quand on ne sait pas l’utiliser, quand on ne sait pas le sens que cela a, quand on n’est pas au service du sens de sa vie. Donc essayons d’être plutôt dans cette notion devenir libre financièrement à savoir : à avoir le choix d’avoir la vie qu’on a envie d’avoir, et de ne plus avoir besoin.

Ne plus avoir besoin veut dire quoi ? Et bien par exemple, ne plus avoir besoin de regarder son porte-monnaie pour décider si on va acheter cela ou cela ou si on va aller vivre à tel endroit ou à tel endroit, ou si on n’arrête de travailler ou si on n’arrête pas. Ce n’est plus le porte-monnaie qui gouverne.

Pour cela, quelque part, il faut gouverner son porte-monnaie, il faut le maîtriser pour pouvoir faire en sorte que ce ne soit plus lui qui soit le chef !

devenir libre financièrement

Pour Nathalie Cariou l’argent n’a jamais été tabou. Il était juste inexistant. Il y a eu des moments où elle a gagné de l’argent, et d’autres où elle n’en a plus gagné. Elle explique que cette façon de voir les choses provient surtout de sa culture familiale, l’argent ne l’intéressait pas.

Il n’était pas tabou dans le sens où elle n’avait pas le droit d’en parler. Mais par contre,  elle ne savait pas qu’on pouvait en prendre soin, s’y intéresser, investir… bien que ses parents gagnaient de l’argent.

Elle fait d’ailleurs une comparaison avec l’eau, effectivement quand on ouvre le robinet, on ne se pose jamais la question lorsque l’eau coule, si dans d’autres endroits, pays, l’eau coule aussi.

On ne se pose pas la question du gaspillage, on ne se pose pas la question si c’est bien de cette manière-là qu’il faut la consommer. Comment puis-je faire si demain il n’y en avait plus ? Tout cela on « s’en secoue » puisqu’on en a, et que cela fait partie de notre quotidien.

C’est exactement la même chose avec l’argent. Pour Nathalie, cela fait partie de son quotidien. Elle n’était pas frustrée, ni en manque, juste elle ne s’en était jamais préoccupée jusqu’à assez tard dans sa vie. 

Passés 40 ans, Nathalie Cariou a une véritable révélation

Pour cela, il a fallu pour que Nathalie s’y intéresse  et qu’elle travaille sur toutes ces fameuses croyances de  « Quand on s’intéresse à l’argent, c’est qu’on est un affreux méchant capitaliste, infernal… « 

Mais également sur des croyances « confortables » qu’elle avait qui étaient que l’argent n’était pas intéressant, qu’elle avait un boulot super sympa, qu’il suffisait de faire ce qu’on aimait dans la vie et que l’argent on s’en foutait ; ou bien la croyance qu’elle ne savait pas faire. Comme elle n’avait pas forcément beaucoup d’argent, et qu’il y a eu des périodes où c’était compliqué, elle avait fini par se dire que les autres savaient faire et pas elle. Elle n’avait pas besoin, elle, de devenir libre financièrement.

 Il  lui fallait les odorats.

A un moment donné avoir des  super trucs intéressants dans la tête,  pour peu qu’on veuille que cela devienne des projets concrets chouettes,  on fait comment quand on n’a plus un radis ? C’est à ce moment-là, que Nathalie s’est dit qu’il allait qu’elle commence à s’intéresser à l’argent et à comment devenir libre financièrement. Elle a nettoyé ses croyances

Elle est partie aux États-Unis, elle est allée travailler avec des Suisses, des Anglais, bref, avec beaucoup de gens de l’extérieur qui sont déjà en avance par rapport à nous et pour qui éventuellement la culture fait que c’est plus facile de parler d’argent et d’apprendre à devenir libre financièrement.

Elle a nettoyé à l’intérieur. À partir du moment où elle l’a fait, cela lui a permis de commencer à mettre des choses en place à l’extérieur. 

devenir libre financièrementdevenir libre financièrement

Est-ce qu’il lui reste des croyances ?

Sûrement que Nathalie a encore des croyances, des tabous. Mais les croyances sont moins fortes que les habitudes. Par exemple, elle a  été élevée avec une petite phrase magique qui était « Plaie d’argent n’est pas mortelle. » C’est super top pour avoir des hauts et des bas dans sa vie. C’est-à-dire que globalement quand cela ne va pas on s’en fout parce que « plaie d’argent n’est pas mortelle ». C’est super top pour investir. Si tu perds des sous, tu es un peu en vénère, mais quand même ce n’est pas grave parce que « plaie d’argent n’est pas mortelle ». Il y a toujours plein de trucs comme cela.

Cela a un inconvénient majeur. Ça veut dire que l’argent, tu n’en as strictement rien à faire. Cela reste ancré, c’est-à-dire que quelque part on n’est plus d’accord avec cette phrase-là mais des habitudes restent. Après son travail sur l’argent et ses recherches sur comment devenir libre financièrement, on pouvait dire que Nathalie s’intéressait  à l’argent, elle savait que c’était etc. Mais il a gardé certains comportements… Ce sont des sortes de comportements réflexes qui restent autour de cela et c’est bien de le savoir…

Cela veut dire que notamment elle a intérêt à avoir une assistante pour mettre les chèques en banque. Si elle n’a pas une assistante pour le faire, ils ne seront jamais à la banque. Comme … »plaie d’argent n’est pas mortelle », on se fout de l’argent, donc les chèques peuvent s’accumuler. Il n’y a pas de problème. Ils sont là, mais ils ne sont pas à la banque.

Qui n’a pas une mauvaise habitude ancrée dont il est si difficile de se débarrasser ?

Le conseil SIMPLE et RAPIDE pour combattre DE SUITE nos tabous

Une chose déjà, c’est de se dire « moi, je n’ai pas besoin d’argent. » C’est de réaliser que plus on est là-dedans, plus on travaille pour l’argent. La plupart des personnes qui travaillent, qui ont un boulot salarié vont dire qu’ils ne travaillent pas pour l’argent. Bien sûr que si. On travaille pour avoir de l’argent pour payer leur facture à la fin du mois.

On ne peut pas faire autrement que d’avoir de l’argent. Le conseil c’est en prendre conscience le plus vite possible pour pouvoir se dire : « ok, maintenant qu’est ce que je fais avec cela ? » C’est la première chose. C’est prendre conscience que même si on prétend être au-dessus de quelque chose, de toute façon, on n’a pas le choix. On travaille pour gagner de l’argent. En tout cas, on veut en avoir. C’est une première chose.

Après, travailler sur les croyances n’est jamais très simple en un seul petit conseil. Ce sont des choses qui sont un peu profondes.

The best advice of Nathalie CARIOU

devenir libre financièrement

Peut-être que le conseil le plus intéressant serait de ne pas justement rester dans les croyances, mais de passer dans le concret. Passer dans le concret, par exemple, peut être le fameux « faites des économies », le fameux « commencez par vous payer en premier ». C’est-à-dire commencez par économiser un petit peu tous les mois quel que soit le petit peu même ceux qui me disent qu’ils ne peuvent pas économiser du tout. Il y a des trucs qui s’appellent des tirelires, vous mettez de petits sous à l’intérieur. Vous allez voir, cela change la vie.

Pourquoi ? Parce que des fois on se prend la tête par rapport à l’argent. On va se dire, il faut que je nettoie mes croyances. Ce qui est vrai. Il faut que je nettoie mon esprit. C’est vrai. Il y a plein de choses à faire au niveau de quels sont nos engrenages ? Comment nos neurones fonctionnent-ils ensemble par rapport à l’argent ?

L’argent a une qualité, cela marche aussi dans le concret c’est-à-dire juste de s’en occuper, de faire 2+2 égal 4, de dire j’ai des économies, de regarder ses comptes. Cela change totalement sa vision de l’argent. Ne vous prenez pas la tête à essayer de changer vos croyances de suite, faites des économies.

Une femme qui parle d’argent et des façons de devenir libre financièrement c’est mal vu non ?

devenir libre financièrement

Nathalie Cariou est une femme qui parle d’argent et qui explique comment devenir libre financièrement, sujet délicat on le sait, mais c’est un encre un peu plus tabou quand c’est une femme qui l’aborde.

L’argent est tellement un sujet sensible qui ramène à des trucs personnels, profonds, difficiles qu’effectivement il y a des personnes qui vont se servir du fait que Nathalie soit une femme pour arriver sur des insultes qui sont en plus sexuelles.

Toutes les femmes peuvent parler d’argent. Toutes les femmes peuvent gagner de l’argent et ont droit de devenir libre financièrement. Toutes les femmes savent gérer l’argent. Et les femmes s’intéressent aussi à l’argent, n’est-ce pas ? 🙂  (et pas que pour les sacs à main)

Est-ce que les femmes peuvent devenir plus libre financièrement que les hommes ?

A priori, oui. Après, cela dépend des hommes qui veulent ou qui ne veulent pas, mais en l’occurrence ce n’est pas une question de capacité.

L’argent fait-il le bonheur ?

Sans langue de bois, la réponse de Nathalie est OUI ! Même si certaines personnes vont dire que l’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue, on l’a souvent entendu celle-là !

Les personnes qui ne se posent pas cette question-là ne disent pas que l’argent ne fait pas le bonheur. Et attention, on ne rajoute pas, il y contribue. C’est une manière de s’enfumer le cerveau.

devenir libre financièrement

Bien sûr que l’argent ne vous fera pas votre bonheur. Si vous êtes déprimé, vous resterez déprimé. Concrètement, cela ne va rien changer, encore que vous iriez payer le psy, peut-être que ce sera plus facile pour être moins déprimé après. Mais effectivement, si vous êtes déprimé, négatif, etc. cela ne va rien changer. Si vous êtes positif, vous pouvez éventuellement faire sans argent et rester positif. Cet argent ne fait pas le bonheur.

En réalité, c’est plus facile d’être une jolie personne quand on a de l’argent. Pourquoi ? Parce que vous vivez dans un appartement plus grand. Imaginez être dix dans un appartement de 20 m², vous allez voir comment vous allez péter un câble. Si ce n’est pas 20 m², mais 200 m² vous êtes quand même dans un appartement plus grand. Donc vous êtes plus à l’aise.

Si vous avez quelqu’un pour vous aider à entretenir votre maison, vous allez avoir plus de temps pour soit aller à la gym, faire des courses, pour vous reposer, soit lire, vous éduquer, etc. Tout cela fait quand même qu’à l’arrivée vous êtes à priori peut-être une plus jolie personne.

Qui plus est, pour Nathalie, l’argent sert à quelque chose. On dit souvent que l’argent est un moyen. Si c’est un moyen, c’est un moyen qui doit être mis au sens du service de sa vie, qui doit servir à remplir sa mission de vie, par exemple.

Avoir de l’argent permet aussi de choisir ce que l’on va faire dans la vie pour être le plus aidant possible vis-à-vis du monde. Pour Nathalie, cela s’appelle un outil de spiritualité. Je suis désolée pour ceux que cela choque. Il y en a plein de gens qui vont trouver que l’argent n’est pas du tout spirituel. Pour moi, l’argent c’est vraiment un outil spirituel.

Cela permet de moins subir. Alors, c’est plutôt le développement personnel. L’argent est un outil de développement matériel, évident puisque vous avez plus d’argent, donc vous avez plus de manières de faire des choses dans la matière. Un outil de développement personnel et spirituel.

Spirituel parce qu’a priori cela vous permet de choisir quel est l’endroit où vous êtes le plus utile dans le monde, ce que vous avez à faire en tant que personne incarnée à un moment donné, c’est l’outil spirituel ; le développement personnel, cela ne permet pas de subir, et cela permet aussi d’être beaucoup plus responsable.

Quand on a réussi à devenir libre financièrement, on a le choix. Notamment si on donne ou si on ne donne pas. En réalité, c’est une école de responsabilité qui est extrêmement importante. Voici un autre exemple :

Tant que vous n’avez pas de sous, vous pouvez vous dire que vous ne pouvez pas acheter du bio ou du pas bio parce que de toute façon vous n’avez pas de sous. Quand vous avez de l’argent, vous allez vous demander si vous allez alimenter avec du bio, ou si vous vous alimentez avec du normal puisque l’argent n’est plus l’excuse pour ne pas faire.

À ce moment-là, la question c’est : qu’est-ce que je décide ? Comment est-ce que je décide de me nourrir ? Qu’est-ce que je décide d’acheter ? Est-ce que j’achète du tee-shirt chinois à 5 € ou tee-shirt autre chose à 50 € ? Qu’est-ce que je décide de donner ? À qui est-ce que je donne ? Comment est-ce que je donne ? Combien est-ce que je donne ? À un moment donné, cela donne une notion de responsabilité beaucoup plus importante.

devenir libre financièrement

Vouloir devenir libre financièrement n’est pas forcément égoïste, ça peut servir pour le futur comme par exemple, aider ses parents, leur apporter des soins lorsqu’ils en auront besoin. Et ne pas avoir assez d’argent pour s’occuper d’eux serait comme un échec.

C’est vrai que c’est un but,  l’argent n’est pas bon, ce n’est pas mauvais, c’est juste ce que l’on en fait qui devient bon ou mauvais. Si j’achète un pistolet, ce n’est pas très bien. Si je veux aider mes parents ou même payer l’éducation de mes enfants, c’est quand même bien de devenir libre financièrement.

Est-ce que tu penses qu’on peut arriver à devenir libre financièrement  dans tous les domaines ?

Probablement à condition de savoir et de bien comprendre que l’argent avant d’être une question de gestion et de finance, c’est une question de marketing. Tous les domaines oui, mais certainement pas n’importe comment. Il va falloir réfléchir « marketignement » parlant, comment fait-on pour devenir libre financièrement avec le produit qu’on veut vendre avec le service qu’on veut vendre.

Même avec des colliers de nouilles, Nathalie pense qu’on peut gagner sa vie, mais faut-il encore savoir les marketer de manière correcte.

Encore faut-il construire un concept marketing intéressant pour vendre ses colliers de nouilles.

Dédicace à ma maman qui fabrique des colliers de nouilles et à qui mon père dit toujours : « et toi avec tes colliers de nouilles. »

Comment faire des vidéos à moindre coût ? Peut-on devenir libre financièrement en faisant des vidéos ? Et comment Nathalie Cariou utilise la vidéo pour son business ?

Nathalie pense que la vidéo aide, contribue à mieux vendre dans un business quel qu’il soit. Effectivement, ça fait bien longtemps que  les hôtels savent qu’il vaut mieux faire de jolies vidéos pour pouvoir les vendre correctement.

Ce n’est même pas des trucs sur Internet. C’est dans la vie réelle que les restaurants savent que s’ils veulent bien vendre, ils peuvent avoir une petite vidéo qui représente les plats. Cela va aider que ce soit des photos ou des vidéos, en tout cas des images. Cela fait quand même un peu des lustres que tout le monde sait que les vidéos aident. Pour les vêtements, même chose, on est passés des images au 360 ou autres choses qui montrent en mouvement.

C’est sûr que cela aide. C’est encore mieux que la photo parce que c’est vivant. Est-ce que cela personnalise, cela aide à vendre.

Sinon, pour son business, Nathalie utilise la vidéo de deux manières différentes.

La première c’est avec une chaîne Youtube « Nathalie CARIOU » qui permet de donner régulièrement des informations, une fois par semaine, aux personnes qui ont envie.

devenir libre financièrement

Effectivement une chaîne Youtube, cela permet quoi ? Cela permet déjà de donner de l’information qui est de l’information gratuite. C’est déjà bien. Mais aussi de créer du lien tout simplement puisqu’il n’y a pas mieux que la vidéo pour créer du lien.

Ensuite, elle l’utilise quand elle fait des lancements de ses formations en ligne qui est une formation un peu en individuel, mais surtout en formation en groupe, présentielle et en ligne ; beaucoup en ligne. Son programme s’appelle «Richesse et liberté. »

Quand Nathalie présente « Richesse et liberté », elle le fait en vidéo. Pourquoi ? Encore une fois pour qu’il y ait plus de contact, plus d’émotions, plus d’identification, plus d’interactivité. Puis, parce que l’on est dans une société où cela va plus vite. On est une société d’image ou cela va plus vite, où des fois on n’a pas envie de lire.

Mais qu’est-ce qu’un lancement video pour les lecteurs qui ne connaissent pas ?

Pour Nathalie, un lancement de produit ou d’infoproduit, même cela pourrait être du produit physique avec des vidéos, c’est simplement se dire que l’on va créer une séquence qui va donner de plus en plus d’informations aux personnes. On va quelque part raconter une histoire, donner de l’information, donner le maximum pour que les personnes sachent ce qu’elles vont pouvoir trouver avec le produit qu’elles achètent après.

À partir de là, on leur suggère si elles ont envie d’acheter le produit. Si elles n’ont pas envie, elles n’achètent pas le produit. Mais dans tous les cas de figure, elles auront vu ce qu’il se passait. Elles ont eu un maximum d’informations. Elles auront senti l’ambiance. C’est cela qui créé l’intérêt de la chose.

Une personne que nous avons rencontrée avec Nathalie a suscité notre attention sur ce système de proximité et de suivi

Il avait suivi Nathalie sur Internet suite à un mail d’une autre personne qu’il avait reçu, il était dans sa base de données. Il s’est mis à la suivre, après il a rejoint un de ses programmes. Le programme « Richesse et liberté » dont on a parlé plus haut. Et savez-vous pourquoi il a rejoint le programme ? Il a dit qu’il se reconnaissait dans son histoire.

Nathalie pense que cela est super important. Vraiment, les gens axent beaucoup en se disant qu’ils n’ont pas l’idée, le produit. Mais le vrai produit, c’est vous (il y a des gens qui n’aiment pas que l’on dise cela.) Si les gens vous suivent, ils apprécient ce que vous faites, c’est vous. Quand les gens suivent une chaîne, c’est qu’ils apprécient la personne sinon ils ne le feraient pas.

Nathalie pense aussi de cette façon et se rappelle de la première personne avec qui elle a appris sur Internet, en 2010,  c’était Mathias MAZUR qui disait « Vous ne vendez pas un produit, vous ne vendez pas de l’information, vous vendez votre information. »

Cela passe par le filtre de qui vous êtes. Vous ne vendez pas n’importe quelle information que l’on peut trouver n’importe où sur Internet, ou que quelqu’un va donner et autre. Non. Vous donnez quelque chose que vous vous êtes appropriés avec votre filtre, et c’est vous l’expert. Vous vendez votre expertise, pas juste une information lambda. C’est votre manière de dire, donc il y a une identification forte.

Pour le coup, c’est quelque chose sur laquelle Nathalie capitalise et qui est important à ses yeux. Effectivement, elle essaie d’être le plus possible dans l’authenticité vis-à-vis des personnes avec qui elle travaille. En parlant d’authenticité, elle est connue pour ne pas être particulièrement langue de bois. Pour dire les choses telles qu’elles sont, plutôt cash.

C’est normal pour quelqu’un qui travaille avec l’argent, qui apprend aux gens à devenir libre financièrement, de dire les choses telles qu’elles sont et pas forcément tel que cela fait plaisir de les entendre ou bien d’être dans une espèce de pays de Bisounours.  Cela, Nathalie y tient beaucoup.

 Les gens, s’ils n’aiment pas, ce n’est pas grave. S’ils aiment, ils te suivent.

C’est exactement ce que Nahtalie pense, c’est important pour elle de travailler avec elle. Ce qui est d’ailleurs probablement la grosse difficulté pour certaines personnes qui veulent faire des vidéos. C’est que dans les vidéos, on triche beaucoup moins que dans le papier. Donc, on se montre.

Effectivement, il faut aussi accepter de se montrer, de lâcher une certaine pudeur ou certaines peurs. Parce que souvent derrière la pudeur, il y a « j’ai peur que les gens ne m’aiment pas s’ils me voient tel que je suis. »

Au début quand je faisais des vidéos, j’avais ce complexe-là quand j’étais plus jeune. Attention, moment de confession. J’ai un petit cheveu sur la langue.Quand j’étais plus jeune, cela me complexait. Je ne supportais pas qu’on me le dise. Au début quand j’ai commencé, cela fait un an maintenant, à faire des vidéos pour ma chaîne Youtube, je me suis dit : « c’est chaud quand même. » Mais finalement, je m’en fous.

Nathalie n’a pas remarqué mon cheveu sur la langue et elle trouve que cela peut marquer une personnalité. C’est pareil pour tout le monde. Chacun nos spécificités. C’est ce qui fait que les gens vont nous aimer ou pas. Après, tant pis ce qui ne nous aiment pas.

On se focalise sur nos petits défauts mais la plupart des gens s’en fiche.

Ce n’est pas qu’ils n’entendent pas, soit ils entendent, soit ce n’est pas leur problème, ce n’est pas leur vie. Ils prennent le positif. Ils prennent le bon, et tant pis pour le reste.

Pour conclure, qu'est-ce qu'on peut te souhaiter pour la suite ?

Nathalie aimerait accompagner encore plus de monde à bien se porter avec l’argent, à devenir libre financièrement. Elle pense que c’est vraiment important de façon générale. De son côté, elle travaille dans le monde francophone, Français, Canadiens, Belges, Suisse pour qu’ils se réconcilient avec l’argent. C’est un superbe outil pour bien vivre. C’est un bel outil quand on arrive à devenir libre financièrement pour pouvoir choisir la vie qu’on a envie d’avoir.

Elle trouve franchement dommage que plein de gens utilisent l’argent comme une limite, ou vivent l’argent comme une limite à leurs rêves. Elle a vraiment envie qu’un maximum de gens, avec son aide (vu que je lui demandais ce qu’on pouvait lui souhaiter), puisse comprendre que l’argent peut ne pas être une limite, que ce n’est plutôt pas trop compliqué. Il y a des domaines vraiment plus compliqués que l’argent, plus techniques et plus complexes. On doit pouvoir s’en sortir assez facilement, de pouvoir accompagner un maximum de personnes à comprendre que se limiter ou accepter que ce soit le porte-monnaie qui limite. Ce n’est pas une obligation, on peut faire autrement. Alors apprenons à devenir libre financièrement !

 Merci beaucoup d’avoir lu cette interview que vous pouvez retrouvez ici sur ma chaîne Youtube.

Merci beaucoup à Nathalie d’avoir répondu à ces quelques questions. Voici sa chaîne Youtube pour vous y abonner ainsi que son site internet « Les clés de la réussite ».

Et vous, quelle est votre positionnement face à l’argent ? Est-ce que voudriez devenir libre financièrement ? Dites-moi tout en commentaires.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *